La journée mondiale de l’environnement commémorée à Kisangani le 5 juin 2021 sous le signe de la restauration des écosystèmes

La journée mondiale de l’environnement commémorée à Kisangani le 5 juin 2021 sous le signe de la restauration des écosystèmes

DR Congo - 10 aot, 2021

En partenariat avec le PNUD, Tropenbos RDC a réuni dans sa salle de réunion tout le gratin de Kisangani du secteur de l’environnement pour commémorer la journée mondiale de l’environnement en débattant sur la contribution du Programme Intégré de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation forestière de la Grande Orientale (PIREDD-O) à la restauration des écosystèmes dans la Tshopo.

En effet, la dégradation des écosystèmes préoccupe l’Assemblée Générale des Nations Unies qui a constaté une diminution considérable de la surface des zones forestières entre 1990 et 2015. Cette dégradation des écosystèmes entraine la perte de la biodiversité et des services écosystémiques occasionnant la dépréciation de plus de 10 % du produit intérieur brut mondial. Déterminée à y faire face, l’assemblée générale de l’ONU a ainsi proclamé la décennie 2021-2030 « Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes » à travers une résolution adopté le 1er mars 2019.
Elle a chargé le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)de diriger la mise en œuvre de cette Décennie, en collaboration avec les secrétariats des Conventions de Rio et d’autres accords multilatéraux sur l’environnement.Cette Décennie a été lancée officiellement, au Pakistan par le PNUE le 5 juin 2021, à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement dont la thématique choisie pour cette année portait sur la restauration des écosystèmes.
Cet événement a été célébré partout dans le monde. La RDC n’est pas restée en marge de cette commémoration. Ainsi, Tropenbos RDC, lead du consortium qui exécute le Programme Intégré REDD+ Oriental (PIREDD-O) dans la Tshopo, a organisé une conférence débat autour du thème « PIREDD-O et restauration des écosystèmes dans la Tshopo ». Cette thématique a été développée par le Professeur Alphonse Maindo, Chef du projet PIREDD-O et Directeur de Tropenbos RDC en présence de plusieurs personnalités de la place représentants des Université et Instituts supérieurs de la place, services étatiques, secteur privé et organisations membres de la société civile. Cette conférence a connu également la participation du Programme Manager du PIREDD-O, Monsieur Oumar Ndiaye et de certains membres du Consortium.

Capture.JPG

Durant son exposé, le conférencier a démontré que les objectifs et les piliers du PIREDD-O cadrent bel et bien avec la restauration des écosystèmes dans la Tshopo. Ces objectifs sont notamment la stabilisation de la déforestation et de la dégradation forestière tout en améliorant durablement les revenus des communautés dépendantes des forêts ; l’amélioration de la gouvernance des ressources naturelles ; la séquestration de carbone et l’utilisation rationnelle de l’espace par un aménagement judicieux, équitable et harmonieux du territoire. Pour les atteindre, ce programme, basé sur trois principes fondamentaux (production et diffusion des savoirs, inclusivité et renforcement des capacités des parties prenantes), intervient sur 6 volets : la gouvernance, la forêt, l’aménagement du territoire, le foncier,l’agriculture et la démographie.
Pour chaque volet, le conférencier a épinglé les stratégies d’intervention en soulignant comment elles contribuent à la restauration des écosystèmes forestiers. Parmi ces stratégies, on peut noter pêle-mêle : la création/redynamisation des structures de gouvernance la cartographie participative dans les terroirs, les plans d’aménagement du territoire, la formation en exploitation forestière à impact réduit, les inventaires multi-ressources, les Plans simples d’Aménagements des terroirs, la création des CFCL et UFA, la sécurisation foncière individuelle et communautaire et le reboisement. Et plus spécifiquement en ce concerne le volet agriculture, il a parlé, d’une part, de l’initiation des bénéficiaires à l’agriculture pérenne et à l’agroforesterie en vue de valoriser les espaces dégradés et accroître durablement les revenus et, d’autre part, de l’appui en semences de base des cultures vivrières pour augmenter la production.

gpé 2_ rédy.png

Avant cela, il a fait l’état des lieux des écosystèmes forestiers en démontrant les atouts et menaces liés à ces écosystèmes. La situation du territoire d’Isangi demeure la plus préoccupante à cause de la perte continue de son couvert forestier qui est déjà le plus bas de la Province et d’une démographie galopante. Il a conclu son exposé avec le rappel de dix mesures proposées par la stratégie de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes.
Dans les échanges, plusieurs questions ont été abordées avec les participants. Le Programme Manager du PIREDD-O en a profité pour inviter les professeurs d’Université présents dans la salle à militer pour l’inclusion des questions environnementales dans le curricula des élèves et étudiants. Le Chef de projet et conférencier a reconnu que, bien que contribuant à la restauration des écosystèmes, le PIREDD-O n’est qu’une contribution à la Décennie 2021-2030 et qu’il est de la responsabilité des Etats et de chaque citoyen de s’approprier de la question de la restauration des écosystèmes pour espérer des résultats durables à l’horizon 2030. Il a en outre décrié l’absence au niveau international de la coordination de plusieurs initiatives (unilatérales, bilatérales et multilatérales) pour l’utilisation durable de la biodiversité notamment les ODD, COP, REDD+, FLEGT, Défi de Bonn, etc.